Charles Delcourt
Isle of Eigg

Située sur la cote ouest de l’Écosse, Eigg est une petite île des Hébrides intérieures. Il y a 20 ans les habitants se sont rendus célèbres en rachetant leur joli rocher.
Aujourd’hui, ils sont autonome en électricité et ont crée un modèle d’autogestion citoyenne.
Lassés par la succession de « landlords» aux multiples promesses mais sans effets concrets, les habitants d’Eigg ont réussi, grâce à des financements divers et une belle histoire, à devenir propriétaires de leur ile. Ce rachat a permit aux insulaires de reprendre en main le destin de l’île.
Pendant 20 ans ils ont su établir avec succès un modèle original d’autogestion et de développement. Ils se retrouvent ainsi régulièrement pour décider ensemble des orientations futures pour Eigg.
L’un des premiers travaux de la communauté a été la construction d’une jetée permettant enfin de relier l’île au reste du pays et d’en favoriser son développement. La question de l’autonomie énergétique s’est ensuite rapidement posée. En 2008, les habitants réalisent une première mondiale: l’île a son réseau autonome combinant énergies solaire, éolienne et hydro-électrique en un système novateur.
Les habitants ont donc su créer une réelle dynamique dans leur ile et un symbole fort pour l’Écosse. Non seulement les jeunes insulaires reviennent pour y vivre, mais l’île devient l’endroit ou ceux qui le souhaitent peuvent s’installer facilement et mettre en œuvre leurs rêves.
Aujourd’hui la communauté est composée de personnes d’âges, de parcours et d’origines différents avec pour tous comme point commun un certain amour pour l’île. Tout ce petit monde (120 personnes aujourd’hui) s’étale le long de l’unique route de l’île. Ainsi disséminé on trouve les habitations de tout genre en adéquation avec le monde de vie de tout à chacun.
En plus de leur autonomie de décision et en électricité, Eigg voit donc sa population grossir, des activités variées se créer. On trouve aujourd’hui une Brasserie, des équipements touristiques, de la vannerie, des festivals de musique, résidence artistiques, traiteurs bio, etc… Eigg vient de fêter cette année ses 20 ans d’autogestion avec un bilan très positif.
Cette série s’attarde sur cette petite société et tente de restituer l’ambiance des lieux au travers de ses habitants. Un portrait pluriel d’une sympathique communauté qui évolue un peu à contre courant du devenir «classique» de beaucoup de ces endroits isolés.

«Charles Delcourt est architecte paysagiste de formation. On retrouve dans ses images un sens aigu de la composition, une mise en espace précise des êtres et des choses.
Charles travaille la couleur pour en faire un trait d’union entre ses différentes photos et sujets. Il n’évite pas le décalage – joue avec nos certitudes raisonnées, désarçonne par les clins d’oeil apparaissant dans sa photographie. Il vit sans doute le monde comme un passager souriant et solidaire. Il partage son temps entre photographies de commandes (portraits, architecture et institutionnel principalement) et son travail personnel, de la photographie documentaire à long court.»
Publications régulières dans la presse; Le Monde, GEO, 6 Mois, Courrier International, Marianne, Internazionale, Zadig, The Scottish Field, L’Express, Le Parisien Magazine, L’Obs, Pelerin, Slate.fr, Le Moniteur, ELLE, Réponses photo, Vivre Paris, Fisheye, Gente di Fotographia,…

Il animera un Workshop autour de la Photographie documentaire et du regard d’auteur.
Cet atelier s’articule autour du travail documentaire et de la notion de territoire.
Il s’agit de photographier le quartier Battant afin de constituer un regard pluriel et sensible sur un territoire défini, sa spécificité et ses acteurs.
4 jours : 15-16 octobre et 5-6 novembre
Tarif unique : 200€

A la demande générale, les inscriptions sont ouvertes plus tôt

Inscription à partir du 4/9/22

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.