– Quelques mots pour te présenter :
Florian Grosperrin, je suis graphiste depuis 16 ans et pratique la photo depuis une quinzaine d’années en autodidacte, je me suis mis en graphisme depuis 2 ans et photographe depuis début 2017.
 
– Quand et comment es-tu tombé dans la photo ? Qu’est-ce que cela représente pour toi ?
Je suis tombé dans la photo en achetant mon premier numérique en 2002, un bridge fuji, avec lequel j’ai beaucoup appris et aimé prendre des photos.
La photo représente pour moi la créativité , l’envie de partager des images, rendre vivant un instant et laisser l’imagination vagabonder en la regardant.

– Quels sont les sujets qui t’intéressent ? qu’est-ce que tu y cherches, y trouves ?
J’aime les photos de paysages qui peuvent raconter une histoire, pas juste montrer un lieu …
Je recherche la poésie dans les photos de paysages. Mais depuis 2 ans, je me suis passionné dans le portrait et particulièrement le nu artistique que je trouve justement poétique…
J’aime également la photo prise sur le vif, la photo de reportage ou de rue.

– Qui sont les photographes qui t’inspirent ou dont tu apprécies particulièrement le travail ?
Anne Laure Jacquart.

– Qu’est-ce que tu présentes dans ton exposition ?
Une série de nu qui raconte une petite histoire, soit un moment de honte ou un mauvais rêve. Celui ou l’on se retrouve nu dans un lieu publique…
Et également une série qui mele photo et dessin, étant graphiste à la base 😉

– ET pour la suite ? des projets, des envies de découvertes, d’évolution ?
Oui beaucoup ! Envie de découvrir, de partager surtout… d’évoluer en progressant vers des photos et dessins qui font s’évader et participent à l’imaginaire..

Pour la suite, c’est par ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *