Exposition au Kursaal du 23 au 24 octobre 2021

– Quelques mots pour te présenter :
Je tente de sculpter la lumière au travers de ma sensibilité achromatique pour révéler la délicatesse des contours du monde.

– Quand et comment es-tu tombée dans la photo ? Qu’est-ce que cela représente pour toi ?
Je fais de la photo depuis l’adolescence. Ce n’est que très récemment que je me suis professionnalisée en tant que photographe-auteure, après des études d’ingénieure et travail en tant que barmaid. Le besoin de création m’a poussée à me consacrer entièrement à ma pratique. J’aime explorer le médium en sortant des sentiers battus et comme pour « Foliographies », une découverte hasardeuse peut mener à un projet. L’esthétique recherchée guidera la suite du processus de création.

– Quels sont les sujets qui t’intéressent ? Qu’est-ce que tu y cherches, y trouves ?
La fragilité et l’impermanence du corps et de la nature sont les sujets dont je traite principalement au travers de l’utilisation de la lumière en tant que matière première. L’idée est de recréer les contours d’un monde invisible au premier abord pour en révéler l’intimité. Cependant je ne me bride pas et mes recherches peuvent m’amener à explorer d’autres sujets.

– Qui sont les photographes qui t’inspirent ou dont tu apprécies particulièrement le travail ?
Sarah Moon pour son esthétique et ses réécritures visuelles de contes, Hiroshi Sugimoto, et en particulier sa série Seascapes, pour son minimalisme et la profondeur de son propos, László Moholy-Nagy, pour son travail avec le « modulateur espace-lumière », Patrick Bailly-Maître-Grand, pour toutes ses expérimentations, etc., etc.

– Qu’est-ce que tu présentes dans ton exposition ?
Le projet présenté, « Foliographies », est une transposition de la photosensibilité du végétal vers celle du support photographique. En accord avec l’étymologie du mot photographie, mes travaux donnent une sensation de « dessins de la lumière ».

– Et pour la suite ? Des projets, des envies de découvertes, d’évolution ?
« Foliographies » est un projet au long cours et est destiné à évoluer en termes de support et de format, avec la volonté de le libérer de la planéité des murs et de tendre vers l’installation. En parallèle, je développe un projet autour de l’autoportrait, et continue mes expérimentations à la recherche de nouveaux sujets.

-Lien hypertexte vers le site internet où l’on peut te retrouver :
C’est par ici ! http://www.alineroussel.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *