Exposition au Musée des Maisons Comtoises du 01/10 au 06/11 2022

– Quelques mots pour te présenter :
Je suis une photographe documentaire qui aime raconter l’histoire du monde en images. Je me suis donnée la chance d’en faire mon métier et j’avoue que cette activité me comble totalement.

– Quand et comment es-tu tombée dans la photo ? Qu’est-ce que cela représente pour toi ?
Je ne pense pas être tombée dans la photographie mais je me suis rapprochée de cette démarche progressivement, par étapes. D’abord sur des sujets créatifs en cherchant à montrer mes expositions par le biais d’expositions et de mon site internet, avant de m’orienter ensuite vers le photojournalisme car cette activité me permettait de faire une passerelle entre mon plaisir des images et ma formation de sociologue.

– Quels sont les sujets qui t’intéressent ? Qu’est-ce que tu y cherches, y trouves ?
’aime poser mon objectif sur les frémissements de sociétés, mettre le doigt (et l’objectif) sur ce que les autres ne voient pas, le monde en évolution en train de se faire. Je m’intéresse aussi de temps à autre à des sujets philosophiques et existentiels.

– Qui sont les photographes qui t’inspirent ou dont tu apprécies particulièrement le travail ?
Pour la photographie documentaire : Guillaume Herbaut qui a fait un travail remarquable sur l’Ukraine, Niels Ackermann, Rob Hornstra, Grégoire Korganow,…Mais aussi du côté de la photographie surréaliste : Kertesz, Man Ray, Dora Maar,, Jindrich Styrsky, Hans Bellmer…

– Qu’est-ce que tu présentes dans ton exposition ?
Je présente « Femmes de Géorgie – traditions et modernité », l’histoire de femmes géorgiennes se retrouvant au coeur des changements de société entre un modèle soviétique et une société plus libérale. À travers les femmes, c’est la société géorgienne que j’explore et son berceau historique situé entre l’orient et l’occident.

– Et pour la suite ? Des projets, des envies de découvertes, d’évolution ?
Je poursuis mon travail documentaire, et je cherche à explorer les secteurs de la santé et du handicap. J’ai aussi des réflexions en cours sur des projets de photographie plasticienne, non sans lien avec une approche sociétale.

-Lien hypertexte vers le site internet où l’on peut te retrouver :
https://sabrinadolidze.com/fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.