– Quelques mots pour te présenter :

 Charlotte Bégard, franc-comtoise d’adoption vivant dans la campagne baumoise, j’ai repris très sérieusement mon activité de photographe il y a 3 ans quand j’ai arrêté de travailler dans le spectacle vivant et que j’ai trouvé un atelier où installer un labo argentique. De par ma formation, mon travail est multiforme : je réalise des tirages et leur donne matière par contact, j’associe des objets à leur représentation photographique et je raconte des histoires pour vous emporter ailleurs.

– Quand et comment es-tu tombé dans la photo ? Qu’est-ce que cela représente pour toi ?

Je suis tombé dans un bac de révélateur il y a un peu plus de 20 ans… lors de mes études aux Beaux Arts de Besançon. J’ai eu, par facilité, ma période numérique et je ne vous cache pas que je photographie ma famille avec mon téléphone portable mais partir au fil des chemins, le long des routes y saisir le réel sur un vieux négatifs pour exprimer ma sensibilité au monde, prendre le temps de regarder et puis de donner à voir, à émouvoir…

– Quels sont les sujets qui t’intéressent ? qu’est-ce que tu y cherches, y trouves ?

Les paysages, qu’ils soient urbains, ruraux, maritimes, champêtres restent mon plus grand sujet. J’y cherche toujours un détail, une cheminée, une tourelle, un arbre mort, quelque chose d’intrigant… une fenêtre cassée, la mer, une jonction de toits, une courbe, un caillou, une dune, un poteau… il y a toujours quelque chose quelque part qui éveille ma curiosité, attire mon œil et m’émeut au point que je me l’approprie et le transforme en image.

– Qui sont les photographes qui t’inspirent ou dont tu apprécies particulièrement le travail ?

La liste est longue des artistes que j’apprécie et qui m’inspirent… si je devais ne choisir que les quelques photographes dont le nom me traverse l’esprit au moment de cette réponse, je citerais en vrac : Shema Madoz, Nicéphore Niepce, Cindy Sherman, Guillaume Zuili, Brassaï et Miroslav Tichy…

– Qu’est-ce que tu présentes dans ton exposition ?

Je présente un ensemble de photographie en tous genres des ports de Cancale qui se compose de 6 tirages argentiques noirs et blancs, de 2 photos couleurs numériques et leurs objets récupères associés et d’un texte racontant des souvenirs imaginaires de bords de mer. Et peut être un collage…

– ET pour la suite ? des projets, des envies de découvertes, d’évolution ?

J’ai beaucoup de négatifs en attente de tirages-contacts à l’atelier, je prépare une série sur les pylônes électriques parce que le sujet n’inspire graphiquement. J’ai un ensemble de mon petit village et quelques anecdotes locales à transformer en histoire. J’aimerais trouvé du temps pour fabriquer des sténopés miniature à emporter en rando. J’aimerais ouvrir mon atelier aux curieux et surtout aux enfants souhaitant s’initier à la photo argentique, j’aimerais fabriquer un livre, j’aimerais partir en vacances 6 mois, j’aimerais…

Charlotte sera au Musée des Maisons Comtoises du 28 sept au 03 nov 2019 !

One thought on “Festival : Interview de Charlotte Bégard

  1. je retrouve très bien cette jeune personne dans son interwiew ,

    toujours débordante d’imagination ..je possède deux livres d’enfants de sa création

    c’est une personne très méritante et je lui envois plein de BISOUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *