– Quelques mots pour te présenter :
J’ai débuté la photo en étant étudiant et en installant un labo argentique chez moi. Par la suite, après ma carrière professionnelle et avec l’avènement du numérique, j’ai repris cette activité par le biais de clubs photo et de contacts avec des photographes professionnels, avec lesquels je me suis perfectionné.

– Quand et comment es-tu tombé dans la photo ? Qu’est-ce que cela représente pour toi ?
Dès l’âge de 15-16 ans j’ai commencé à faire mes premiers clichés. C’est une passion qui ne m’a pas quitté, même si elle a été interrompue pendant près de 40 ans, jusqu’à la retraite. La photo est maintenant pour moi une activité essentielle à laquelle je consacre beaucoup de temps, sachant que je gère toute la chaîne, depuis la prise de vue, le post traitement et l’impression sur papiers que je considère encore comme une dernière étape très importante.

– Quels sont les sujets qui t’intéressent ? qu’est-ce que tu y cherches, y trouves ?
Je me consacre entièrement à la photographie de paysages aquatiques, mer et rivières. Arrivé depuis peu en Franche-Comté, j’ai été séduit par les atmosphères romantiques des paysages de la région, j’y trouve un moyen d’exprimer les émotions ressenties devant ces beautés naturelles en capturant les moments fugitifs que la lumière révèle.

– Qui sont les photographes qui t’inspirent ou dont tu apprécies particulièrement le travail ?
La révélation a été bien sûr Ansel Adams, puis Mikael Kenna, les anglo-saxon du paysage : Colin Prior, Joe Cornish, Jeremy Walker…et les français avec Gustave Le Gray, Patrick Dieudonné, Philippe Albanel, Ludovic Lagadec, Michel Loup pour la Franche-Comté, etc…

– Qu’est-ce que tu présentes dans ton exposition ?
La série présentée « Vision Picturale du Doubs » a gagné le concours Auteur de l’Union régionale Franche-Comté de la Fédération Photographique de France de février 2020. En tant que photographe de Paysage affectionnant particulièrement les ambiances aquatiques, j’ai voulu inscrire ce projet dans la démarche des peintres paysagistes romantiques comme Courbet. C’est pourquoi, à partir de photos réalisées en lumière automnale, j’ai orienté le post-traitement pour donner à la photo un aspect de tableau, renforcé par un tirage sur toile qui apporte un rendu particulièrement saisissant.

– ET pour la suite ? des projets, des envies de découvertes, d’évolution ?
Toujours continuer le paysage dans les mêmes régions et sur les mêmes lieux, il faut pouvoir capter des lumières exceptionnelles en revenant maintes fois au même endroit et en faire profiter les visiteurs dans les différentes expositions où je participe.

Lien hypertexte vers le site internet où l’on peut te retrouver :
photo-bernardlepley.smugmug.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *