Exposition au Kursaal du 23 au 24 octobre 2021

– Quelques mots pour te présenter :
Je m’appelle Thibaut, j’ai 34 ans, je suis artiste photographe et enseignant en photographie.

– Quand et comment es-tu tombée dans la photo ? Qu’est-ce que cela représente pour toi ?
A 27 ans, j’ai découvert des photos de paysages qui m’ont subjugué. Ce fut un véritable appel et j’ai immédiatement consacré tout mon temps à explorer ce sujet. J’ai tout d’abord acquis les bases techniques puis j’ai travaillé mon regard et développé ma sensibilité pour que la photo devienne un médium de créativité et d’expression. Je vis ma démarche photographique comme une véritable quête initiatique. Elle est indissociable de ma vie et fait partie de mon identité.

– Quels sont les sujets qui t’intéressent ? Qu’est-ce que tu y cherches, y trouves ?
Mon sujet d’exploration est le paysage. A travers mes séries, j’aime l’exprimer sous des formes très différentes, mais qui sont toujours liées par le sens qu’elles portent. Car la pratique photographique m’a offert cela : un regard plus éclairé sur le monde, qui permet de trouver du sens, tout en respectant le mystère. L’acte photographique est une expérience quasi mystique : la connexion entre le monde, mon esprit et la lumière.

– Qui sont les photographes qui t’inspirent ou dont tu apprécies particulièrement le travail ?
Toutes les formes d’art m’inspirent ; les arts visuels bien sûr, mais également la musique. C’est important pour moi, cela ouvre mon regard, me nourrit et m’aide à créer. Pour citer des photographes, il y a bien sûr Ansel Adams qui a fait du paysage un art. Dans un registre totalement différent, j’ai été très marqué par ma rencontre avec Éric Bouvet. Par sa construction de l’image, il trouve l’alchimie entre le sujet, la composition et l’instant. Ses images sont porteuses d’un message fort, tout en ayant une valeur esthétique indéniable. C’est un véritable Photographe, capable de traiter tous les sujets et se remettant sans cesse en question. Il est également très pédagogue, ses enseignements sur le choix des images (l’editing) sont très précieux.

– Qu’est-ce que tu présentes dans ton exposition ?
L’avant-garde est une série sur le bout du monde, sur le large. C’est une série minimaliste, de couleur bleue. Symboliquement, cette couleur est associée à la confiance et c’est justement de cela dont il est question dans la série. Oser lâcher prise et prendre le large pour découvrir un monde nouveau, au-delà de nos certitudes, faire un pas vers nous-même.

– Et pour la suite ? Des projets, des envies de découvertes, d’évolution ?
A l’heure où j’écris, je professionnalise davantage ma démarche artistique pour pouvoir continuer à me questionner et à produire. En parallèle, les cours, stages et expositions commencent tout juste à reprendre, après 8 mois d’interruption.

-Lien hypertexte vers le site internet où l’on peut te retrouver :
https://thibaut-froehly.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *