Exposition au Kursaal du 23 au 24 octobre 2021

– Quelques mots pour te présenter :
Je suis photographe et réalisatrice, plutôt orientée documentaire. J’ai vécu dans pas mal de pays, notamment plusieurs années en Ukraine et en Russie. Mes travaux portent principalement sur cette région du monde, qui me fascine visuellement.

– Quand et comment es-tu tombée dans la photo ? Qu’est-ce que cela représente pour toi ?
Je suis réalisatrice de formation. J’ai commencé la photographie plus tard, en autodidacte, il y a à peu près quatre ans. Quand j’ai déménagé en Ukraine en 2016, je ne parlais ni ukrainien ni russe, et ça me gênait pour filmer. Je cherchais une autre manière de m’exprimer. J’ai acheté un appareil soviétique (un Zenit), et j’ai commencé à jouer avec ! Pour moi l’appareil photo représente un moyen de rencontrer des personnes qui vivent une réalité différente de la mienne, d’explorer des mondes auxquels je n’aurais normalement pas accès.

– Quels sont les sujets qui t’intéressent ? Qu’est-ce que tu y cherches, y trouves ?
Même si j’aime photographier des paysages, en particulier des paysages d’hiver, c’est vraiment le portrait qui me motive et m’émeut. Je cherche à établir un rapport sincère avec mon sujet, à capturer une forme d’authenticité. C’est une démarche de curiosité envers l’autre.

– Qui sont les photographes qui t’inspirent ou dont tu apprécies particulièrement le travail ?
Il y en a beaucoup ! Nan Goldin, Mario Giacomelli, Julia Margaret Cameron, Saul Leiter, Diane Arbus. Pour les contemporains : Siân Davey, Denis Dailleux, Françoise Huguier.

– Qu’est-ce que tu présentes dans ton exposition ?
Une série qui s’appelle « Celles qui restent », dans laquelle je m’intéresse au quotidien d’un groupe de jeunes femmes originaires d’une petite ville de l’Est Ukrainien, un ancien point chaud de la guerre du Donbass qui reste toujours marqué par les conséquences économiques de la guerre.

– Et pour la suite ? Des projets, des envies de découvertes, d’évolution ?
Continuer à travailler sur la Russie, mais aussi peut-être m’ouvrir à de nouveaux espaces, à commencer par mon propre pays.

-Lien hypertexte vers le site internet où l’on peut te retrouver :
https://salomehevin.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *